Grégoire et Manuel Müller   29.10 - 18.12.16

vernissage samedi 29.10.16 de 16h à 19h, en présence des artistes

rencontre samedi 19.11.16 à 16h, entre les frères Müller et Walter Tschopp. Ils échangeront points de vue et commentaires sur les créations.
Lire la brochure

Natures   .  .  .   mortes? Figures vivantes

Natures . . . mortes? Figures vivantes.La rencontre artistique des deux frères Müller est un évènement. Grégoire, l’aîné, «l’américain», était parti à l’âge de 18 ans pour Paris puis New York. Il allait y faire sa vie comme critique d’art d’abord et artiste peintre ensuite. Il y fréquenta les grands minimalistes, Richard Serra entre autres ainsi que des land artistes comme Michael Heizer, avant de développer sa peinture à lui, un art figuratif engagé en contrepoint avec son entourage. Il allait complètement renouveler le genre de la nature morte en la monumentalisant et en dépeignant la nature… morte ou mortifiée! Représentations d’objets de la vie de tous les jours, ces «petites choses» aux thématiques souvent étranges nous bousculent dans notre rapport à la réalité. Manuel, le cadet, «l’européen», allait s’établir à l’âge de 17 ans à Carrare pour y travailler le marbre blanc pendant cinq ans, comme l’avaient fait d’innombrables sculpteurs de cette matière divine avant lui! Imprégné de la civilisation des Etrusques qui avaient vécu dans ces contrées 2000 ans auparavant, il s’intéressait – comme son père – aux grandes cultures anciennes, de l’Océanie à l’Afrique ancestrale et autres civilisations européennes médiévales. Leurs «valeurs», leurs façons de créer allaient se retrouver dans ses grandes sculptures figuratives, à mille lieues du travail sculptural abstrait de son père Robert. Ses figures humaines aux grands yeux écarquillés, leur présence si intense, artefacts modernes et hors du temps à la fois, nous interpellent et nous racontent des histoires étranges! Confrontant les natures… mortes de l’un aux grandes figures de l’autre, la mise en scène contrastée de l’exposition met en évidence l’actualité et la richesse des visions du monde des deux Müller.Walter Tschopp