André Deloar. ARCHITEKTUR
16.03. – 19.05.19

Lire le catalogue de l'exposition

vernissage
samedi 16.03.19 de 17h à 19h
en présence de l’artiste

Quand l’art frôle l’architecture
samedi 30.03 à 16h
Expériences et collaborations de l’architecte Pierre Studer avec divers artistes

Mimesis Dance Elena Boillat
dimanche 05.05 à 14h
Avez-vous déjà passé plus de 15 minutes devant une oeuvre d’art et…essayé de la danser ?

Parcours en images en présence de l’artiste
samedi 11.05 à 16h30
Réflexions sur les sources d’inspiration de l’artiste zurichois André Deloar

André Deloar. ARCHITEKTUR

L’artiste zurichois d’origine allemande André Deloar, expose à l’Espace Nicolas Schilling et galerie, ses toiles récentes, à la frontière entre art et architecture. 

Ce sont des segments d’architecture ; des parties réduites, fractionnées, délimitées par un point de vue défini qui expriment l’essence même de leur forme. Alors qu’il peint de grandes toiles à l’huile et à l’acrylique, l’artiste zurichois Deloar représente des morceaux de construction comme s’il les esquissait ou en faisait un croquis. Ces structures stoïques, enracinées tels des monolithes à leur environnement silencieux, comme nourris par les éléments naturels, rayonnent par leur présence pure et sculpturale.

L’impact de la perspective, de la distance et de la segmentation de Deloar transforment l’origine fonctionnelle du bâtiment et son existence réelle en une présence purement formelle. L’intention de cette sélection, comme un surplomb en porte-à-faux, un tas irrégulier, un arrondissement, une ouverture, un revêtement, un couvercle ou une délimitation, nous reste inconnue. Seules les lignes définissant la perspective, les surfaces et les structures sont génératrices d’images.

La couleur est essentielle. Dans les œuvres, elle devient un matériau de construction et dans l’application puissante de la peinture, nous pouvons y voir un mouvement constructif : Bande par bande, des revêtements de planches sont créés, des murs sont érigés lorsqu’une surface est pleine, de larges lignes deviennent des arêtes, des colonnes et des joints. Les surfaces colorées – partiellement accentuées en vert clair, rouge ou jaune – forment des structures singulières qui incarnent l’immobilité et la dynamique de la construction réelle dans l’œuvre réalisée.